Contribution UL TIMONE lors du comité régional des ORGAS SOCIAUX

« En réponse à certains qui ont à cœur de nous faire accepter la servitude, ce sont eux qui sont à genoux pour s’accommoder du joug qui les accable au quotidien, ce n‘est pas nous ! »

Les autres se reconnaîtront
Ceux qui me parlent de régulation du capital pour conserver leurs strapontins vacillants ; alors qu’on assassine des millions de gens en son nom.
Au nom de la patrie, en France on égorge la sécu, les cheminots, l’hôpital, l’énergie et j’en passe.
Au nom de la patrie, certes, mais bien celle de Macron, pantin tragique des banquiers et de leurs acolytes a l’appétit « Bénalesque » ou insatiable.

Soyons honnêtes, entre nous le débat peut être contradictoire, mais sur l’essentiel nous nous entendons ; c’est à nous d’élever la conscience des travailleurs par la lutte et tous les moyens que nous pouvons mettre en œuvre.

Et ces luttes qui se multiplient et pas seulement ici, soulèveront l ‘océan des peuples opprimes.
Et notre UD CGT et les syndicats CGT des organismes sociaux doivent être fer de lance de la résistance des travailleurs à l’oppression des patrons et de leurs collaborateurs de classe.

Ceux qui ne s’opposent à rien, mais qui pense réguler un système malade de ses contradictions intrinsèques, sont dans une ineptie suicidaire, par lâcheté ou par confort, mais sûrement fatale.

Se joue aussi l’avenir de nos familles que les capitalistes détruisent aussi vite que leurs profits enflent, nourrissant au passage la bête immonde.

Alors notre CGT, celle qui lutte est vie, celle qui se bat au quotidien dans les boites, les UL, les UD,
celle-là, ne renoncera jamais ; non jamais à la sécurité sociale dans la constitution et la réalité, car c’est une des plus belles conquêtes de l’humanité au prix du sang des nôtres, Celle qui est faite d’universalité, de réciprocité et de solidarité, celle qui nous dit que les jours heureux s obtiennent par l’ inébranlable ténacité de notre combat.

Cette CGT, c’est celle aussi qui porte haut et fort les revendications des travailleurs pour qu’ils puissent vivre libre et dignement, celle qui dit que les richesses produites doivent répondre aux besoins de cette humanité dans le respect de la nature.
Cette CGT dans laquelle nous nous reconnaissons.
Cette CGT jamais nous n’y renoncerons.
Qu’on vous le dise travailleurs et opprimés de tous les peuples.

Qu’on se le dise, cette CGT, c’est la nôtre. Celle de nos statuts aux valeurs inaltérables, celle d’Ambroise CROIZAT, celle de transformation sociale pour une société meilleure.
Dans la guerre de classe ou nous sommes, non seulement ils ne nous prendrons pas notre sécurité sociale, mais nous la mènerons plus loin pour qu’elle soit plus belle et amène à la paix et l’épanouissement dont ses fondateurs seraient heureux.

Ceux qui luttent comme nous, et au-delà de nos frontières, nous regardent et nous soutiennent savent que notre détermination ne faiblira pas, et connaissent l’importance de nos combats.
Et c’est ça, la CGT ou l’on se reconnaît.

Marseille, le 18 septembre 2018

LUCIEN FRAU

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *